Menu

COP14 - Retour sur les premiers jours

La 14ème Conférence des Parties de la Convention désertification, qui se tient du 2 au 13 septembre à New Delhi (Inde) entame maintenant son 5ème jour, retour sur quelques moments clés de cet évènement.

La COP s'ouvre sur une note positive et des perspectives de changement

Prakash Javadekar, Minsitre indien de l'environnement, des forêts et du changement climatique, s'est exprimé à l'occasion de la cérémonie d'ouverture de la COP14: "Si les actions humaines ont créé les problèmes liés au changement climatique, à la dégradation des terres et à la perte de biodiversité, c'est leurs intentions fortes, leurs technologies et leur intellect qui feront la différence. Ce sont à travers leurs efforts que les Hommes répareront les dommages qu'ils ont causé et amélioreront leur habitat. Nous nous réunissons aujourd'hui pour nous assurer que cela arrive effectivement." Ainsi, le ministre a rappelé que 122 pays, parmi eux certains des plus grands pays: le Brésil, la Chine, l'Inde, le Nigéria, la Russie et l'Afrique du Sud, se sont accordés pour faire de l'Objectif du développement durable "atteinte de la neutralité en matière de dégradation des terres (NDT)" une cible nationale. La NDT est une approche innovante qui met l'accent sur une utilisation optimale des terres pour assurer que l'équilibre des terres productives reste stable sur le long terme. 

Ibrahim Thiaw, secrétaire exécutif de l'UNCCD, a lui attiré l'attention sur les sonnettes d'alarmes récemment tirées par les scientifiques, concernant l'augmentation de la fréquence des catastrophes naturelles comme la sécheresse, les feux de forêt, les inondations et la perte des sols. Mais il a aussi demandé aux délégations d'être à l'écoute des opportunités de changement qui s'ouvraient à elles, et d'agir en conséquence. Il a aussi mis l'accent sur les initiatives prises par les gouvernements ces dernières années, qui montrent un changement de l'état d'esprit et de la perception des problématiques environnementales: par exemple, plus de 70 pays disposent aujourd'hui d'un plan robuste de lutte contre la sécheresse.

Les problématiques qui sont abordées au cours de la COP14 englobent de nombreux sujets: les problèmes de propriété des terres, de gestion des sécheresses, de flux de consommation et de production qui influencent l'agriculture, l'urbanisation croissante en Asie et en Afrique (qui pourrait consommer jusqu'à 80% des terres productives de ces régions), la restauration des écosystèmes et les solutions basées sur la nature. 

Environ 7200 participants (ministres et représentants de gouvernements, organisations gouvernmentales et non gouvernementales, scientifiques, femmes et jeunes venant des 197 pays membres de la COP sont attendus à cet évènement. 30 décisions seront prises, portant sur les actions à mener pour renforcer les politiques de gestion des terres et les solutions face aux menaces (comme la migration forcée, les tempêtes de sable et de poussière et la sécheresse.)

Science day à la COP14

Lors du Science day, organisé la Science Policy Interface et qui s'est tenu le 5 septembre 2019 dans le cadre de la COP14, les derniers rapports scientifiques en lien avec les problématiques de désertification et de dégradation des terres ont été passés en revue: le rapport du GIEC sur le changement climatique, le rapport de l'IPBES sur la biodiversité et les services écosystémiques, le rapport sur la dégradation des terres et la restauration des terres de l'IPBES, l'Atlas mondial sur la désertification du Centre commun de recherche de l'UE et le panorama global des ressources du panel intergouvernemental sur les ressources. 

Les meilleurs scientifiques et experts sur ces sujets ont échangé entre eux et avec d'autres parties prenantes pour préparer les rencontres ministérielles qui débuteront la semaine prochaine. Tous les rapports arrivent à la même conclusion, qui est que la transformation des terres est significative et a d'importantes conséquences: c'est un facteur et un résultat du changement climatique. Cela affecte 3,2 milliards de personnes et pourrait amener l'extinction d'un million d'espèces. 

Le premier Caucus sur le genre organisé lors de la COP14

"Comment un pays et son économie peuvent-ils progresser lorsque la moitié de leur main d'oeuvre est constamment tirée vers le bas? C'est le problème fondamental du développement " -Ibrahim Thiaw lors de l'ouverture du Gender Caucus qui s'est tenu en parallèle de la COP14. Le premier Plan d'action pour le Genre a été adopté en septembre 2017, lors de la COP13 à Ordos en Chine. Aujourd'hui, 113 sur 169 pays affectés par la dégradation des terres et/ou la sécheresse ont joint le mouvement de restauration des terres. Parmi eux, certains des pays les plus pauvres du monde, dont une partie substantielle de la population sont des femmes, pauvres, et dépendantes des terres. 

informations cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.