Menu

COP14 - Déjeuner de Haut niveau sur le nexus terre - climat

Un déjeuner de haut niveau a été organisé en marge de la 14ème Conférence des Parties de la Convention désertification (UNCCD), à New Delhi en Inde. Ce déjeuné a été animé par Amina Mohammed, députée secrétaire générale des Nations unies, ainsi que le Minsitre de l'environnement indien, Prakash Javedkar. Cet évènement a été facilité par l'UNCCD et ONU-environnement.

L'objectif de cette rencontre était de faciliter le débat entre dirigeants et créer une scène dynamique, inspirante et interactive pour préparer le Sommet d'action pour le climat qui se tiendra le 23 septembre prochain. Il a été question d'établir la résilience face au changement climatique comme base pour la stabilité et la sécurité. Cela aiderait à créer un nouveau paradigme pour une résilience renforcée et une sécurité globale fondées sur l'intégration de la terre dans les processus décisionnels. L'élaboration d'un nouvel agenda efficace sur le changement climatique en serait aussi facilité. À l'issue de cette rencontre, un communiqué a été publié et revient sur plusieurs points:  

- Les ressources en terres sont la base de la santé humaine, de bonnes conditions de vie, de la sécurité alimentaire, ainsi que le bien-être économique, culturel et spirituel. Quelques 25% des terres du globe sont dégradées, affectant les vies de 3,2 millards de personnes, tout particulièrement les petits agriculteurs, les populations vivant dans des communautés rurales et les plus pauvres. Les femmes sont tout particulièrement touchées par cette problématique. De même, l'intendance des terres par les peuples indigènes est essentielle pour sauvegarder ce qu'il reste de la biodiversité mondiale. Tous les groupes vulnérables qui dépendent de la gestion durable des terres ont besoin de notre soutien. 

- Les participants ont réservé un accueil positif au récent rapport du GIEC, le premier rapport qui propose une étude compréhensive du système terres - climats dans sa globalité. Ce rapport constitue une contribution fondamentale pour les négociations sur le changement climatique, la biodiversité et la gestion durable des terres, et les participants aux déjeuner ont ainsi appelé à créer de synergies entre les 3 grande Conventions de Rio. 

- Il a aussi été mis en avant le fait que la restauration des terres dégradées et l'atteinte de la neutralité en matière de dégradation des terres (NDT) fournissent une solution intégrée pour renforcer la résilience des écosystèmes et des populations, et permettent de mieux séquestré le carbone. De ce fait, l'utilisation et la gestion des terres doit être vue comme une part intégrale de la solution climatique, plutôt que juste une cause des émissions de GES. 

- La restauration des terres fourni des co-bénéfices pour répondre à plusieurs Objectifs du développement durables (ODD), et les trois Conventions de Rio peuvent activement travailler ensemble pour encourager et soutenir les activités de restauration, qui représentent une contribution de taille à l'agenda 2030 pour le développement durable. 

- Il faut donner plus de visibilité au rôle critique que joue la restauration des terres dans la mitigation et l'adaptation au changement climatique. 

- Les participants ont souligné que le temps était venu de transformer le cercle vicieux entre terres et climat en un cercle vertueux, en renforçant les aspects positifs du lien entre les deux: mieux gérer les émissions d'une part, et s'adapter au changement climatique d'autre part. Ainsi, une action politique plus forte et davantage d'investissements doivent être mis en place pour intensifier la restauration des terres. 

- Les efforts à l'échelle globale de restauration des terres, comme le Challenge de Bonn ou l'Initiative de la Grande Muraille Verte ont été saluées par les participants. 

- Les participants ont demandé que le Sommet d'action climatique qui se tiendra le 23 septembre prochain soit le point de départ pour l'élaboration d'une coalition de pays pour accélérer et intensifier les activités de restauration des terres à l'échelle globale.  

Liste des participants à cet évènements: Arménie, Autriche, Bolivie, Brésil, Burkina Faso, Chili, Chine, Colombie, Costa Rica, Finlande, France, Gambie, Allemagne, Haïti, Islande, Italie, Japon, Maroc, Nicaragua, Niger, Nigéria, Norvège, Pérou, Corée du Sud, Sainte Lucie, Saint Vincent et les Grenadines, Samoa, Afrique du Sud, Tadjikistan, Royaume Uni, Union Européenne, ainsi que des représentants de CBD, GCF, GEF, FAO, IPBES, GIEC, UNCCD, PNUD, PNUE, CNUCC, UNRC India et la Banque Mondiale.

informations cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.