Menu

Atelier national du Sénégal

C’est au bord du magnifique et célèbre lac Rose qu’a eu lieu l’atelier national de partage de connaissances des acteurs sénégalais de l’agroécologie, les 23 et 24 novembre 2020. La rencontre, inscrite dans le cadre du projet Avaclim a rassemblé plus de 47 participants venus de tout le pays.

À travers cet atelier national organisé par le partenaire de mise en œuvre d’Avaclim au Sénégal, Environnement Développement Action pour la Protection Naturelle des Terroirs (Enda Ponat), les participants, composés du comité de pilotage de la Dynamique pour une Transition Agroécologique au Sénégal (DyTAES) et des porteurs d’initiatives agroécologiques, ont partagé leurs expériences, analysé les besoins qu’ils ont en commun et pris connaissance des cinq initiatives sénégalaises sélectionnées pour le projet.

Parmi ces dernières, il y a celle du maire de la commune de Ndiob, M. Oumar Ba,  acteur convaincu de l’intérêt d’une transition agroécologique, qui a démarré des actions très diverses dans l’objectif d’augmenter l’autosuffisance, la résilience et l’autogestion de la communauté. Pour y parvenir, l'initiative a notamment mis en place un comité paritaire villageois qui assure la prise de décision des actions à mener dans la commune. De cette façon, la communauté a promu la diffusion d’engrais organiques, de techniques traditionnelles restauratrices des écosystèmes, la finalisation d’une centrale solaire ainsi que l’implantation future d’une unité de transformation des céréales locales et d'arachide. Toutes ces démarches sont favorables à la création d’emplois et à la souveraineté alimentaire des populations locales. 

Pendant ces deux jours d’échanges, les participants ont fait ressortir l’importance de la Dynamique pour la Transition Agroécologique au Sénégal (DyTAES), plateforme qui rassemble et coordonne les acteurs des projets agroécologiques regroupés en communautés de pratique à l'échelle du territoire. La TaFAé est une des communautés de pratique qui a, par ailleurs, présenté à l’occasion de l’atelier une cartographie des initiatives des acteurs de l’agroécologie au Sénégal. Outre cet outil de communication qui offre une visibilité aux acteurs engagés dans l’agroécologie, les participants ont identifié d’autres mécanismes de renforcement des communautés de pratique tel que l’organisation d’événements ouverts au public.

Les groupes de travail de l’atelier se sont également accordés sur l’importance de la promotion de la recherche-action participative incluant les paysans dans toutes les étapes et prenant en compte les besoins spécifiques des locaux et les connaissances endogènes. Parmi les indicateurs d’évaluation des performances agroécologiques à prioriser selon les praticiens de l’agroécologie, il y a  le facteur motivation des acteurs, l’accès au marché ou le niveau de connaissance agroécologique.

Le déploiement de l’agroécologie à l'échelle nationale ne pourra être rendu possible que par l’implication réelle des acteurs gouvernementaux. En dépit du solide engagement exprimé par le président M. Macky Sall, les efforts en matière de mise en œuvre d’actions concrètes doivent être poursuivis. Les participants ont dressé une longue liste de recommandations aux institutions de l'État. En voici quelques-unes : la formation et le soutien aux jeunes porteurs de projets agroécologiques, la sensibilisation des autorités locales, le subventionnement de biopesticides et biofertilisants, le financement de la recherche pour fournir plus de preuves de l’efficacité de l’agroécologie et le soutien aux exploitations familiales capables de nourrir le pays et reconnues comme les premiers investisseurs au Sénégal.

informations cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site. En continuant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.